Mal de pierres - Milena Agus

Publié le par un blog et des livres

book_3.jpgTitre : Mal de pierres / Mal di pietre

 

Auteur : Milena Agus ( traduit de l'italien par Dominique Vittoz)

 

Editeur : Liana Levi

 

Date de parution : Juin 2008

 

ISBN : 978-2-86746-433-1

 

Nombre de pages : 124

 

Genre : Drame, contemporain

 

Prix : 13€

 

Acheter ce livre sur Amazon : Mal de pierres - Milena Agus

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

 


Au centre, l'héroïne: jeune Sarde étrange "aux longs cheveux noirs et aux yeux immenses". Toujours en décalage, toujours à contretemps, toujours à côté de sa propre vie... A l'arrière-plan, les personnages secondaires, peints avec une touche d'une extraordinaire finesse: le mari, épousé par raison pendant la Seconde Guerre, sensuel taciturne à jamais mal connu; le Rescapé, brève rencontre sur le Continent, à l'empreinte indélébile; le fils, inespéré, et futur pianiste; enfin, la petite-fille, narratrice de cette histoire, la seule qui permettra à l'héroïne de se révéler dans sa vérité. Mais sait-on jamais tout de quelqu'un, aussi proche soit-il... Milena Agus dit de sa famille qu'ils sont " sardes depuis le paléolithique ". Et c'est en Sardaigne que l'auteur de Mal de pierres a résolument choisi de vivre, d'enseigner et de situer son récit. Déjà remarquée par la presse italienne pour son premier roman, Milena Agus confirme ici son exceptionnel talent et sa liberté de ton.

 

 

ma note :    ☻☻☻☻☺☺

 

mon avis :


C'est un petit livre rapide à lire et en le commençant, je me suis rendu compte que je l'avais déjà lu. Au fur et à mesure de ma lecture, les souvenirs me revenaient, même si j'étais incapable de savoir ce qui allait se passer dans la phrase suivante.

Rien ne m'a particulièrement touchée, ni l'écriture (qui n'est pourtant pas désagréable du tout), ni l'histoire (qui sans être follement passionnante n'est pas ennuyeuse non plus), mais rien ne m'a franchement déplu non plus.

En bref, un sentiment un peu partagé pour une petite lecture agréable mais qui encore une fois risque d'être vite oubliée.

 

 

 


Commenter cet article