Le violon d'Auschwitz - Maria Angels Anglada

Publié le par un blog et des livres

9782234062481-GTitre : Le violon d'Auschwitz / El violi d'Auschwitz

 

Auteur : Maria Angels Anglada ( traduit du catalan par Marianne Millon)

 

Editeur : Stock - La cosmopolite

 

Date de parution : Juin 2009

 

ISBN : 978-2-234-06248-1

 

Nombre de pages : 144

 

Genre : roman - drame

 

Prix : 16€25

 

Acheter ce livre sur Amazon : Le violon d'Auschwitz - Maria Angels Anglada

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

 


Auschwitz, 1944. Les privations et les coups. Les humiliations s’enchaînent, les hommes sont traités comme des chiens, déshumanisés, ils n’existent aux yeux de leurs persécuteurs que comme des numéros échangeables, de la main-d’œuvre peu chère. Un prisonnier juif, Daniel, y lutte pour la survie de son âme. Surprenant un concert organisé par Sauckel, le commandant du camp passionné de musique classique, Daniel révèle son talent de luthier pour sauver son ami Bronislaw, violoniste de génie. Il va alors être mis à l’épreuve et devoir construire un violon imitant le son d’un Stradivarius. Tentant d’oublier pour quelques instants la faim, le froid, l’horreur, Daniel comprend vite que de la construction de ce violon dépendent leurs vies. Tragique ironie du sort, il va ainsi éviter les expériences de Rasher, le médecin machiavélique.
Mêlant subtilement réalité historique et fiction, les chapitres s’ouvrent sur des documents : lettres, rapports qui viennent interrompre le récit à la manière d’une pause – glaçante. Petite et grande Histoire s’entremêlent et se fondent dans une danse fatale et poétique, entre la cruauté et la dignité, deux partenaires aussi rivaux qu’inséparables, pourtant inhérents à la nature humaine.
À la manière d’une partition musicale, tout vibre et sonne dans le texte, avec des crescendos que constituent les silences, silences irréels qui laissent le lecteur paralysé et sans voix.
Dans la tradition littéraire d’un Primo Levi, Maria Àngels Anglada offre ici une belle résistance à l’horreur en lui imposant l’amour de la musique. L’art comme possibilité de faire vivre la mémoire.

 

 

ma note :    ☻☻☻☻☻☻

 

 

mon avis :

 

Un livre particulier qui mêle l'horreur de l'Histoire et la beauté de l'Art.

La fabrication du violon est tout à fait interessante et très détaillée et c'est finalement ce qui marquera sans doute le plus dans cette histoire, malheureusement. La portée historique sur l'horreur des camps étant davantage soutenue par les documents qui ouvrent les chapitres (et font froid dans le dos...).

Cependant, contrairement à ce que dit la quatrième de couverture, Le violon d'Auschwitz est un livre qui, selon moi, n'a rien a voir avec un Primo Levi ou autre texte de cette lignée, parce qu'ici, le camp ne parait plus être qu'une "toile de fond" que le véritable sujet.

Commenter cet article

eimelle 18/09/2012 07:27

J'avais entendu parler de ce livre, et puis je l'avais oublié, merci de me le remettre en mémoire, je le renote!

isa 11/09/2012 18:25

Je ne connaissais pas , ni le roman, ni l'auteur , merci pour cette découverte !

Stacey 11/09/2012 17:11

Je le note également alors. Merci beaucoup!

Stacey 11/09/2012 13:09

La Seconde Guerre mondiale est une période qui me passionne depuis des années (aussi bizarre cela puisse-t-il paraître), alors j'ajoute ce livre à ma liste...
Merci pour la découverte

un blog et des livres 11/09/2012 14:32



C'est un thème qui me tient particulièrement à coeur aussi. Et je ne peux que te conseiller de lire également Le Pianiste de Wladyslaw Szpilman, entre autres.