Le rire des anges - Françoise Delmon

Publié le par un blog et des livres

delmon couv

 

 

Résumé:

 

Telle une enquêtrice chevronnée, l’auteur, Françoise Delmon nous plonge au cœur d’un drame, dans une intrigue haletante et hermétique, où les morts interrogent les vivants…
Quels terribles secrets hantent les murs de la maison abandonnée de Furnes l’Espagnole ?
Quels liens obscurs relient les années 1995, 1960 et 1473 ?
Son inspecteur, Nefer El Farek lancera une investigation riche en bouleversements, et peut-être, trouvera-t-il les clefs de la mystérieuse énigme ?

Dans cet angoissant polar à tiroirs, Françoise Delmon révèle toute la puissance de son écriture et nous emporte dans un imaginaire lointain, et si proche à la fois. Sans jamais nous perdre, elle ouvre des fenêtres sur plusieurs vies, plusieurs intrigues qui trouveront lien et cohérence dans les pages finales. Ce faisant, elle affirme dans ce livre une maîtrise extraordinaire de l’art du récit, toujours autant visuel, toujours autant pointue dans les évènements relatés.
Après son premier roman « Le silence peuplé », le professeur d’arts plastiques, aujourd’hui documentaliste, n’a rien perdu de sa verve picturale qu’elle allie ici à une précision historique et culturelle revendiquée ; le tout au service d’une émouvante cause, celle de l’enfance maltraitée.
Hélène Pons Gralet, chroniqueuse à l’Indépendant.

 

 

ma note:   ☻☻☻☺☺☺

 

 

mon avis:

 

Dès le début du livre on découvre plusieurs personnages dont on se doute qu'ils vont avoir un rôle important pour l'histoire. L'inspecteur, évidemment, et sa collègue, qui n'ont finalement pas le rôle principal, Maria, qui va apporter des éléments indispensables et qui "pique" la vedette au premier, Pascal et Blandine, dont on imagine que sans être particulièrement important ils détiennent l'une des clés du mystère, et enfin Raymond Dutilleuil, dont on se demande ce qu'il vient faire là...

L'intrigue en elle-même aurait pu être prenante, le problème est qu'elle m'a donnée l'impression de n'être que survolée, étouffée par des descriptions (que j'ai trouvé mal placée, elles arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe...), j'ai parfois eu la sensation qu'elle n'était qu'un support aux diverses histoires personnelles des principaux protagonistes, Maria en particulier mais pas que. (Je plongeais dans l'histoire de la maison, et tout d'un coup mon élan était coupé par le récit d'une chose dont l'intérêt était franchement relatif...).

On tourne longtemps autour du pot avec nombre de sous-entendus qui deviennent agaçants à force de ne pas en dire assez et la même chose.

Les révélations sont finalement un peu décevantes parce qu'elles aussi ne sont dites qu'à demi-mots, ce qui fait qu'au fond je n'ai pas été vraiment touchée. Attention, je ne dis pas que j'aurais préféré tomber dans le glauque avec des descriptions en détails des horreurs qui sont arrivées aux enfants, mais avec un sujet comme celui là, je trouve qu'il aurait fallu que les mots disent les choses au lieu de distiller ça et là des petites réflexions et questions sur la bêtise, la violence et la cruauté humaine avec comme support le "besoin" de faire la guerre, entre autre.

 

 

Site editeur:   Les Presses Littéraires

 

 

Acheter ce livre:  Le rire des anges - Françoise Delmon

 

 

 


Commenter cet article