Le rapport de Brodeck - Philippe Claudel

Publié le par un blog et des livres

couv30495411

 

 

Résumé:

 

Le métier de Brodeck n'est pas de raconter des histoires. Son activité consiste à établir de brèves notices sur l'état de la flore, des arbres, des saisons et du gibier, de la neige et des pluies, un travail sans importance pour son administration. Brodeck ne sait même pas si ses rapports parviennent à destination. Depuis la guerre, les courriers fonctionnent mal, il faudra beaucoup de temps pour que la situation s'améliore. 'On ne te demande pas un roman, c'est Rudi Gott, le maréchal-ferrant du village qui a parlé, tu diras les choses, c'est tout, comme pour un de tes rapports.' Brodeck accepte. Au moins d'essayer. Comme dans ses rapports, donc, puisqu'il ne sait pas s'exprimer autrement. Mais pour cela, prévient-il, il faut que tout le monde soit d'accord, tout le village, tous les hameaux alentour. Brodeck est consciencieux à l'extrême, il ne veut rien cacher de ce qu'il a vu, il veut retrouver la vérité qu'il ne connaît pas encore. Même si elle n'est pas bonne à entendre.

 

 

ma note:   ☻☻☻☻☺☺

 

 

mon avis: 

 

Second livre de Philippe Claudel que je lis après "les âmes grises". J'y ai retrouvé cette même écriture, prenante, poétique, qui touche. Là aussi, une atmosphère lugubre, l'horreur des hommes, identique et différente à la fois.

L'auteur y écrit donc l'horreur que les hommes sont capables de commettre, d'une manière directe, presque brutale, tout en sachant y déposer un voile de pudeur quand il le faut.

Deux récits entremêlés: celui du rapport, celui de l'histoire de Brodeck. "Cela manque d'ordre. Je pars dans tous les sens. Mais je n'ai pas à me justifier." (p.253). Le premier récit entraîne souvent le second, sans égarer pour autant.

Si ce livre m'a laissé un sentiment moins intense que "les âmes grises", peut-être à cause de la fin, il en reste pourtant quelque chose de fort.

 

 

site editeur:   Editions Stock

 

 

Acheter ce livre:   Le rapport de Brodeck - Philippe Brodeck

 

 

 

Commenter cet article